Entretien Produits Hiver

Voici quelques recommandations d'entretien semelle et carres, pour skis, monoskis, snowboards, skwals, snowscoots.

Rassurez-vous, carres et semelle sont épaisses, elles peuvent encaisser quelques années de préparations répétées…

Avant tout, si vous entretenez votre matériel vous-même, prenez l'habitude de porter des gants de protection adaptés, d'autant plus si vous vous attaquez aux carres!

Aussi, utiliser des étaux adaptés à la préparation, il en existe pour skis ou snowboards, à fixer solidement sur un support très rigide, type établi, dégagé et protégé des éclaboussures de fart, avec du papier journal, aidez la presse écrite… Et dans un local aéré.

Semelle et fartage

Une semelle glisse sur des goutelettes d'eau produites par friction avec la neige. Pour bien glisser, ces goutelettes doivent s'évacuer le plus rapidement possible.

Pour cela, la semelle est structurée, pour que les gouttes coulent plus facilement. Une structure qui est dessinée à la pierre, semelle bien à plat, qui peut avoir différentes formes et usages, selon le type de neige qu'elles rencontrent. Plus ou moins d'eau, en gros.

Notre structure maison, polyvalente au possible, convient très bien à une neige hivernale, tendance fraîche. Elle est moins adaptée aux neiges très saturées en eau (exposées au soleil) de fin de saison, mais glisse tout de même très bien dans ces conditions printanières. Sur neige froide, fraîche, relativement sèche, en revanche, ça glisse fort, rangez les bâtons sous le bras sur les plats… Il est impossible de faire une structure universelle, un compromis au mieux.

Pour rappel, les produits sont livrés préparés, carres affûtées et fil tombé, semelle structurée, fartée et brossée, de telle façon qu'ils soient prêts à glisser. Mais ensuite, il faut farter, au moins…

Après la toute première sortie, il est d'usage de faire un fartage, au fer réglable en température (ça ne doit JAMAIS fumer), à chaud. Le premier contact neige rôde la semelle. Il se peut même que ce rodage nuise à votre sensation de glisse la première fois, si la neige est aussi très agressive (neige à canon, fondue/gelée). C'est très rare, le seul remède sinon, un fartage au plus vite!

Il est important d'avoir toujours ce type de semelle graphitée et dense bien nourrie en fart. S'il elle l'est, plus une même structure glisse sur la neige plus la glisse s'améliore…

Nous conseillons de farter au moins tous les 2 ou 3 jours de ski, par exemple au fart VOLA MX200. Il est important de ne racler et brosser qu'au plus près de la pratique et en tous les cas au moins 2h après l'application à chaud. Quand un engin ne glisse pas, le fart peut et doit rester en couche protectrice de la semelle.

Ensuite, idéalement, Au moins tous les 10 jours de ski, faire un fartage avec un fart graphite type VOLA GRAPHITE STANDARD, laisser refroidir 2 heures mini, racler, brosser et appliquer de nouveau un fart de glisse type VOLA MX200. Ceci permet de recharger en graphite la couche superficielle de la semelle qui est au contact de la neige et d'éviter qu'elle ne devienne poreuse.

Pour un stockage prolongé, en été par exemple, après une ultime réparation/préparation, laisser une couche bien grasse, appliquée à chaud, qui déborde bien sur les carres, de fart type VOLA MX200. Vous la raclerez et la brosserez avant de réutiliser votre matériel, à la session ou saison suivante.

Pour pinailler, mais ça contribue à une excellente préparation, avant un fartage au graphite ou de glisse, imprégner au fer la semelle avec une paraffine à défarter type VOLA R021, racler à chaud et brosser à la brosse aux poils de bronze, nettoyage en profondeur garanti. Recommandé si vous ne fartez pas souvent…

Meilleur est le fart, meilleure est la glisse. Ça peut être cher. Les farts VOLA préconisés ici sont déjà de très bons produits, pas les plus chers, il existe des gammes supérieures, mais ne vous encombrez jamais d'accélérateurs ou propulseurs et autres fluors sauf si vous avez une épreuve de coupe du monde prévue à la prochaine sortie… Ils ont été sélectionnés après divers tests, et le VOLA MX200 est un fart, pro, toutes neiges qui couvre 80% des conditions d'un hiver normal avec notre type de semelle. Seules les neiges très froides (>-10, -15, -25°c) ou gorgées d'eau et chaudes (printemps) demandent un fart adapté, assez dur et formulé pour le froid, assez tendre et formulé pour l'humidité et la chaleur.

Un bon fart solide, appliqué à chaud, de manière régulière, est garant d'une glisse optimisée. Évitez les bombes aérosols magiques et autres applicateurs miracles, ainsi que les machines d'atelier brosseuses qui font seulement briller la semelle. On ne fait pas mieux, tenez-vous le pour dit, qu'un bon fer réglé à la température préconisée pour le fart utilisé, un bon séchage de 12h au frais, un raclage soigneux au racle plastique bien affûté et un long brossage bien appuyé avec une brosse de finition aux poils de nylon peu abrasifs. C'est la base.

Vous pouvez trouver notre sélection des indispensables de préparation VOLA dans notre catalogue en ligne, rubrique Accessoires > Entretien. VOLA développe ses produits en France, à Passy, à quelques kilomètres de notre atelier.

Il y a bien sûr d'autres marques qui proposent de très bons produits!

Le fartage est très simple et agréable à faire soi-même, pour peu qu'on aime prendre soin de son matériel. Primordial pour préserver la glisse de ces semelles de haut niveau.

Semelle, réparation et préparation

La montagne est un gros tas de cailloux… Et même si nos engins sont solides, les cailloux le sont aussi. Heureusement, souvent, nous concernant, plus de bruit que de mal, les constructions sont résistantes!

Ne jamais trop attendre pour réparer un accroc, surtout s'il se situe au contact de la carre et/ou qu'il a atteint le noyau.

Il faut toujours utiliser de la "bougie" graphite, noire (disponible à la rubrique Accessoires > Entretien) pour boucher trous et rayures et être équipé au moins d'un racle en métal bien affûté, pour presser fortement le polyéthylène fondu et racler le superflu. C'est assez facile à faire soi-même, vite fait pour parer au plus pressé, avec un briquet, mais un professionnel équipé d'un pistolet thermique dédié à cette application fera toujours mieux.

Idem si un empiècement est à prévoir en cas de gros pépin, utiliser de la semelle de même origine, P-TEX 4509 graphitée. Nous en vendons aussi, si jamais, à bas prix, les frais de port, dans le catalogue en ligne. Prévoir un bon 5 mm de plus autour de la zone, l'impact ayant pu décoller la semelle à sa périphérie. Coller ces empiècements très précisément ajustés (joints invisibles) à l'epoxy, colle bi-matière, résine et durcisseur, sous presse. Confiez ce travail à un pro de préférence, si vous n'êtes pas bon bricoleur…

Après des travaux de rebouchage conséquents, il faut remettre la semelle à plat, en machine, puis redessiner une structure à la pierre. Après l'affûtage qui suit logiquement, il faudrait nettoyer la semelle avec une paraffine à défarter, racler à chaud et brosser à la brosse aux poils de bronze, pour un nettoyage en profondeur, vous pouvez même le faire 2/3 fois avant d'appliquer le fart de glisse. Après un service complet, il faut brosser sans retenue après le dernier fartage pour bien lisser la semelle.

Carres et affûtage

Attention, l'affûtage, c'est autre chose, moins simple…

Tout d'abord, il est recommandé de bien brosser (balayette…) et surtout essuyer votre engin après une sortie, avant son stockage prolongé ou pas.

Et d'insister sur les carres, qui en acier trempé, peuvent s'oxyder rapidement. Pas d'affolement si c'est le cas, essuyer, à sec, avec une gomme d'affûtage si cette corrosion est importante, mais si elle est superficielle, aux premiers virages, elle disparaîtra rapidement. Il se peut que la carre noircisse à certains endroits, normal. Il faut de toutes façons entretenir régulièrement l'affûtage…

Nous préconisons des angles de -1° en inférieur et 88° en latéral, adaptés à nos constructions.

-1° pour faciliter le déclenchement et la mise à plat, le dérapage et 88° pour une accroche incisive, mordante en conduite.

L'affûtage doit être pratiqué par une main experte, cela ne se fait pas à la légère. Il faut un outillage et des étaux de tenue de l'engin adaptés, des gants adéquats. Et savoir ce que l'on fait.

Si affûter la carre latérale est relativement aisé à la main, bien outillé, avec un guide à angle fixe (par ex. 88°) et sa pince ou molette qui tiennent bien en place les 3 limes dont vous avez besoin. Une de carrossier au cas où la carre présenterait de gros défauts, pour ne pas abimer la lime médium qui sert à l'affûtage et une lime diamant pour la finition. Une gomme à passer sur le tranchant pour casser le fil généré par l'affûtage complètera le minimum d'accessoires exigés pour un affûtage manuel.

Avec ça, vous pouvez entretenir un bon affûtage jusqu'à ce que vous ressentiez un manque d'accroche flagrant.

Parce qu'il en va tout autrement pour la carre inférieure. Pour celle-ci, un affûtage machine est le mieux à faire, il faut beaucoup de précision pour qu'il soit efficace, et les systèmes manuels existants sont tout sauf précis et efficaces. Ce d'autant qu'il faut impérativement que la semelle soit à plat pour un affûtage précis, opération qui ne peut se faire qu'après ponçages de celle-ci, opération indissociable d'un bon tuning. Au passage la semelle est structurée à nouveau si remise à plat après avoir été rebouchée, bref, service complet.

Un affûtage machine équipée de disques céramiques, qui gère angle latéral et tuning de la partie inférieure de la carre s'avère nécessaire lorsque l'affûtage à la main de la carre latérale ne suffit plus à retrouver une bonne accroche.

Sa fréquence dépend du degré d'utilisation et des conditions de neige rencontrées. À cette occasion, vous pouvez demander nos réglagles -1° et 88°, ou en essayer d'autres, nous déconseillons vivement 90, 86, 85° en latéral, plus de -1,5° ou moins de -0,5° en inférieur.

Demandez également à ce que le chant soit tombé avant affûtage, surtout si vous changez d'angle, avec un outil chant de forme carrée. En gros, pour mieux mettre à l'angle la carre latérale, il faut que la partie de chant qui lui est supérieure soit usinée, et elle seule, opération manuelle difficile, mais ceci permet de beaucoup mieux travailler la carre par la suite.

Si vous ne le faites pas vous-même, confiez toujours votre matériel aux meilleurs professionnels, renseignez-vous bien sur leur niveau de compétence, et assurez-vous qu'ils soient bien équipés!

VOLA propose également ses conseils avisés de préparation sur un petit livret technique, à lire, ils en rajoutent, en français, consultable ici


Les Shapers Alpins - LSA
ALUFLEX - FIBERFLEX - GREEN SNOWBOARD
Atelier 3986 route du Giffre 74970 Marignier - France
0033 965 225 097 - info@shapersalpins.com
SIRET 751 345 836 00017 - NAF 3230Z - TVA FR 20 751345836
2015